Ça fait quoi d’être un chien?

L’humain et le chien partagent une même présence. C’est la surprise qui attend le narrateur du roman de Claude Samson ‘Sept semaines dans la peau d’un chien’.
Comment diriez-vous? La présence se dévoile le mieux là où les pensées ralentissent, disparaissent parfois. C’est un état que l’être humain atteint parfois, entre la veille et le sommeil, durant une rêverie, un moment d’étourderie, ou de façon plus « volontaire » dans la méditation. De nos jours, c’est un état que certains recherchent.

L’humain a cette capacité d’être présent, d’être là, juste là, dans le ressenti du corps, dans la chaleur de la respiration, d’être posé là, totale vacuité, présence consciente d’elle-même. Avant. Avant que toute pensée ne fasse écran, comme les nuages entre le soleil et la terre. Avant que les mots explosent dans la tête et transforment cet état de présence en champ de bataille de listes à faire, de pensées à poursuivre, d’histoires à se raconter…
Claude Samson - ‘Sept semaines dans la peau d’un chien’ Un état que l’animal connait aussi, parfois. Son mental l’entraîne moins loin que nous. Il est sûrement plus proche de l’ici et maintenant que le nôtre. Il entend mieux, voit mieux, s’absorbe plus. Cette absorption requiert chez nous de trouver le silence du cœur et de la tête.

Pour voir. Pour percevoir. Pour flairer. Pour vibrer. Sans doute le ralentissement du mental permet-il de mieux entendre les êtres qui vivent à nos côtés, humains ou non.

Ça fait quoi d’être un chien? C’est toute l’expérience à laquelle nous convie ce livre ‘Sept semaines dans la peau d’un chien’ : une plongée intérieure et une remontée qui laisse sans voix. Est-ce cela la vie d’un chien? Alors si c’est ça, mesdames messieurs les gardiens d’animaux nous avons un énorme travail à faire pour accueillir cette conscience vibrante et vivante. Un chien est une conscience comme vous et moi.

Et si vous imaginiez vous réveiller dans la peau d’un cochon qu’on envoie à l’abattoir? Vous savez, ces animaux entassés dans des camions qu’on croise parfois sur la route ? Imaginez un seul instant que par une quelconque magie vous preniez cette place-là, à cet instant-là : ce cochon dans ce camion qui voit passer une voiture avec des gens dedans et qui par le regard tente de dire quelque chose. Ca ferait quoi? De se réveiller dans la peau de ce cochon là? Derrière la question de notre identité avec le chien, c’est aussi la question qui se pose…inévitablement.

Claude Samson – Sept semaines dans la peau d’un chien’ Publibook

Rencontrer l'auteur?

2 Comments

Laisser un commentaire

  1. Bonjour Sandra,

    Je ne connaissais pas cet auteur. Je vais me procurer son livre
    et serai surement intéressée à le rencontrer dans l’ambiance
    Chaleureuse de Ste-Sophie ;))

    J'aime

    1. Merci, c’est une belle lecture qui fait du bien et pousse la réflexion;-))) Hâte que nous soyons toutes et tous assis ensemble à discuter, partager et aussi aller plus loin dans ‘ça fait quoi d’être un chien’, sincèrement

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s