Montrer des images horribles de chiens battus, tués, massacrés… créent un trauma

Quand on perçoit un événement, la signification qu’on lui attribue dépend du contexte. Je perçois une image horrible, ça m’effraie donc ça se fixe dans mon cerveau, dans ma mémoire et cela crée un traumatisme.

Montrer des images de chiens battus ou de chiens auxquels il ne leur reste plus que 2h à vivre avant la mise à mort, ça sert quelle cause? À quoi ça sert? Pire, ce qui modifie encore plus cette image et le trauma associé, ce sont les paroles prononcées autour. Les ‘urgent’, les ‘On l’aime tellement mais…’, les ‘On ne peut plus à cause de…’ les….  Le simple fait de conter un récit de l’image horrible modifie la manière dont on ressent l’horreur (voir Boris Cylrulnik, La mémoire traumatique).

En même temps, il ne s’agit pas de porter de jugement. Car juger l’autre, ce n’est pas définir cet autre, c’est me définir moi!

 

3 Comments

Laisser un commentaire

  1. Je viens de découvrir votre site. J’apprécie positivement votre effort dans le sens de la conscientisation de la relation Homme et chiens (dans ce cas-ci). Je ne partage cependant pas votre opinion par rapport aux représentations graphiques des tortures, des chiens en captivité comme les usines à chiots, des chiens torturés et morts de tortures. Je crois à ce moment-ci que les hommes et femmes d’une certaine communauté que je ne comprends pas, ont besoin de ‘voir’ les conséquences de leurs actes, pour en saisir dans leur limbique, les implications pour eux et pour leur animal. Peut-être que ces gens ont vécu des traumatismes ou ont tellement ingérés de droques ‘gelantes’ des émotions, qu’ils ne peuvent plus différencier ce qui est amour et ce qui est vengeance.

    A mon avis, pour que les voix s’élèvent et que les gens soient informés des horreurs et puissent réagir démocratiquement et légalement, les images doivent jouer leur rôle de sensibilisation et ainsi ces morts ne seront pas totalement inutiles. Comme les martyrs humains.

    J'aime

    1. Merci sincèrement pour votre commentaire, cela nous permet, ensemble, de participer à la réflexion des relations hommes-animal. En un sens, vous n’avez pas tord de dire qu’il est important – pour réveiller les consciences – de montrer les images d’horreurs, toutefois il y a une limite qui si elle est franchie fait sombrer les gens dans l’indifférence et je crains fort qu’en montrant des images fortes de violence leur limbique ne réagisse plus et qu’il faille aller encore plus loin dans la torture. Un peu comme une accoutumance:-( Je posais cette réflexion car j’ai longtemps travailler dans le milieu de l’aide humanitaire médicale et j’ai pu constater concrètement (sur les dons, sur les engagements des professionnels, sur les promesses gouvernementales…) qu’il arrive un moment où les images d’enfants mourant de faim, ou de personnes souffrant de maladies atroces n’avaient plus (ou du moins beaucoup moins) d’impact sur l’action généreuse. Je me suis donc permise de faire ce parallèle avec les animaux, d’autant que de nos jours avec les réseaux sociaux on est noyé sous toutes sortes de visuels absurdes et cruels et qu’on finit malheureusement par ne plus les voir.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s