Vivre en état de haine ou vivre le lien

L'animal notre miroirNé de la cupidité, le mondialisme est un acte contre-nature puisque en voulant tout uniformiser il met toutes choses en péril. De l’uniformité vient l’ennui a dit le philosophe.

La racine latine du mot ennui signifie vivre en état de haine. Et vivre en état de haine est l’une des conséquences directes de l’uniformisation. (Victor Lévy-Beaulieu. Ma vie avec ces animaux qui guérissent).

L’animal est un miroir de nous-mêmes. En nous reflétant nos états, il nous permet en même temps une prise de conscience de soi. C’est peut-être cela qu’on leur reproche.
L’homme coupé du reste des vivants finit par perdre le contact avec un aspect de sa propre vie et de son corps. Mais voilà, les animaux sont des partenaires puissants d’évolution : ils nous invitent à faire les connexions entre les choses. Sommes-nous prêts à voir ce qu’ils nous montrent? Que nous avons perdu notre sens du lien. Le comportement humain vis-à-vis des animaux et de la nature au Québec est source de douleurs et de violence. Ces comportements résultent des états psychologiques dans lesquels se trouvent les humains.
Il est important de mettre à jour de nouveaux comportements humains vis-à-vis des animaux, ce qui créera des modèles pour guider les hommes. Vivre le lien c’est se poser des questions : comment pourrions-nous voir le monde comme autre chose qu’un lieu qui existe seulement pour nous?
Le fait est que ‘mal’ se comporter ne fait pas de nous des personnes mauvaises. Nous sommes, seulement, formatés à voir la séparation. Les gens peuvent mal se comporter car souvent ils ne disposent pas des ressources internes ou n’ont pas la capacité de se comporter différemment, ont été éduqués à se concentrer sur leur ‘moi’. Ils vivent peut-être dans un environnement qui les empêche de se montrer sous leur meilleur jour.
Plus l’animal sera envisagé comme un être vivant rempli de sens et de sensations, plus la relation sera à même de produire des effets bénéfiques.

1 Comment

Laisser un commentaire

  1. J’ai coutume d’assurer :  » Je ne m’ennuie jamais  » . Merci Sandra de me faire découvrir que je vis sans haine 😉
    Mais pas sans colère pour cause d’indignation .

    Votre texte , aujourd’hui , se relie à « Vivre en tribu » .
    Les animaux de compagnie nous relient , devraient nous relier avec la Nature et avec les autres .
    Ils devraient nous convaincre de recréer « la tribu » avec nos proches , la tribu où l’on se soutient , se protège , où nait la solidarité et la joie d’pêtre différent et semblable . La tribu reliée à un tout , sans haine donc sans ennui .
    La tribu pour ne pas être dévoré par la mondialisation monstrueuse .
    Interdire l’animal de compagnie , c’est interdire l’empathie , c’est se soumettre aux diktats d’un pouvoir destructeur .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s