Blessure de trahison

Selon Patricia d’Angeli, les enfants souffrant de la blessure de trahison vivent dans un système non fiable, incertain qui n’apporte pas la sécurité. Or la sécurité est synonyme de survie. En grandissant, l’enfant doit apprendre à faire confiance au monde mais comment faire quand les bases ont été mises à mal. S’il rejoue sa blessure, dit la psychologue jungienne, l’adulte ne se rendra pas compte de la réalité du monde. Crédule, il se fera avoir constamment, il se fera exploité. Et s’il se rend compte de la situation, il se mettra en colère et dira ‘C’est la faute aux autres’. Pire, s’il refoule sa blessure, il sombrera dans la solitude, celle qui pèse lourd et fait mal.
Mais là où sandraetlechien a trouvé un élément passionnant c’est lorsque Patricia d’Angeli dit: si l’adulte sublime sa blessure, donc si l’adulte en est conscient, il sera amené par un processus – et la praticienne en hypnose humaniste propose plusieurs outils pour ce faire – à transcender sa condition, à aller vers la guérison. Alors seulement, cet adulte unifié pourra travailler à aider les enfants, à passer au suivant en quelque sorte. Cet adulte aimera exercer des métiers où l’on soulage la souffrance, là où les êtres humains sont particulièrement vrais.
La blessure de trahison pousse aussi les adultes à travailler ou à se passionner pour le monde animal. Loin du contact des humains faits de menteurs, de profiteurs et de lâches, le monde animal apportera un véritable sens à leur vie… p 92, Psychothérapie
La psychothérapie touche notre Inconscient. Elle parle le langage des rêves, car notre esprit profond ne comprend pas les concepts rationnels de notre esprit logique.Faire de la psychothérapie, c’est voyager dans un monde de symboles et de poésie, d’analogies et de résonances subtiles, c’est comprendre l’Inconscient, les mythes qui le fondent et les archétypes qui l’expriment. Alors, le miracle du changement devient possible
La psychothérapie touche notre Inconscient. Elle parle le langage des rêves, car notre esprit profond ne comprend pas les concepts rationnels de notre esprit logique.
Faire de la psychothérapie, c’est voyager dans un monde de symboles et de poésie, d’analogies et de résonances subtiles, c’est comprendre l’Inconscient, les mythes qui le fondent et les archétypes qui l’expriment. Alors, le miracle du changement devient possible

Selon Patricia d’Angeli, les enfants souffrant de la blessure de trahison vivent dans un système non fiable, incertain qui n’apporte pas la sécurité. Or la sécurité est synonyme de survie. En grandissant, l’enfant doit apprendre à faire confiance au monde mais comment faire quand les bases ont été mises à mal ? S’il rejoue sa blessure, dit la psychologue jungienne, l’enfant devenu adulte ne se rendra pas compte de la réalité du monde. Crédule, il se fera avoir constamment, il se fera exploité. Et s’il se rend compte de la situation, il se mettra en colère et dira ‘C’est la faute aux autres’. Pire, s’il refoule sa blessure, il sombrera dans la solitude, celle qui pèse lourd et fait mal.

Mais là où sandraetlechien a trouvé un élément passionnant c’est lorsque Patricia d’Angeli dit: si l’adulte sublime sa blessure, donc si l’adulte en est conscient, il sera amené par un processus – et la praticienne en hypnose humaniste propose plusieurs outils pour  voyager dans un monde de symboles et de poésie, d’analogies et de résonances subtiles, pour comprendre l’Inconscient, les mythes qui le fondent et les archétypes qui l’expriment – à transcender sa condition, à aller vers la guérison. Alors seulement, cet adulte unifié pourra travailler à aider les enfants, à passer au suivant en quelque sorte. Cet adulte aimera exercer des métiers où l’on soulage la souffrance, là où les êtres humains sont particulièrement vrais.

psychotherapieLa blessure de trahison pousse aussi les adultes à travailler ou à se passionner pour le monde animal. Loin du contact des humains faits de menteurs, de profiteurs et de lâches, le monde animal apportera un véritable sens à leur vie… p 92, Psychothérapie

Alors, le miracle du changement devient possible. Et si cette blessure permettait d’éclairer le micro-monde des gens qui oeuvrent pour la cause animale? Les émotions éprouvées par ces militants  instituent une différence entre ‘nous’ et ‘eux’. Dans ce cas, est-il possible de penser que ce groupe souffre d’une blessure de trahison? Une blessure fait souffrir et en prendre conscience c’est refuser ‘d’être sciemment au-dessous de nos possibilités psychiques et physiques. Refuser de fermer les yeux sur les vices, les duperies perpétrées sous le couvert du savoir, du service rendu, de la reconnaissance due’ (Extrait de Refus global).

Or voilà, aller vers la guérison ce n’est pas se transformer en justiciers se chargeant de prendre la défense des plus faibles. Ce n’est peut-être pas non plus confronter ceux de la société qu’on dit être des brutes à l’égard des animaux à ‘rompre définitivement avec toutes leurs habitudes, se désolidariser de leur esprit utilitaire’ (Extrait de Refus global).

Pas de déni, ni de banalisation, encore moins de projection mais le courage – en tant qu’individu et que groupe – de se changer au plus profond de soi-même.

Pour aller plus loin

Le refus global, révolution totale

Selon Patricia d’Angeli, les enfants souffrant de la blessure de trahison vivent dans un système non fiable, incertain qui n’apporte pas la sécurité. Or la sécurité est synonyme de survie. En grandissant, l’enfant doit apprendre à faire confiance au monde mais comment faire quand les bases ont été mises à mal. S’il rejoue sa blessure, dit la psychologue jungienne, l’adulte ne se rendra pas compte de la réalité du monde. Crédule, il se fera avoir constamment, il se fera exploité. Et s’il se rend compte de la situation, il se mettra en colère et dira ‘C’est la faute aux autres’. Pire, s’il refoule sa blessure, il sombrera dans la solitude, celle qui pèse lourd et fait mal.
Mais là où sandraetlechien a trouvé un élément passionnant c’est lorsque Patricia d’Angeli dit: si l’adulte sublime sa blessure, donc si l’adulte en est conscient, il sera amené par un processus – et la praticienne en hypnose humaniste propose plusieurs outils pour ce faire – à transcender sa condition, à aller vers la guérison. Alors seulement, cet adulte unifié pourra travailler à aider les enfants, à passer au suivant en quelque sorte. Cet adulte aimera exercer des métiers où l’on soulage la souffrance, là où les êtres humains sont particulièrement vrais.
La blessure de trahison pousse aussi les adultes à travailler ou à se passionner pour le monde animal. Loin du contact des humains faits de menteurs, de profiteurs et de lâches, le monde animal apportera un véritable sens à leur vie… p 92, Psychothérapie
La psychothérapie touche notre Inconscient. Elle parle le langage des rêves, car notre esprit profond ne comprend pas les concepts rationnels de notre esprit logique.Faire de la psychothérapie, c’est voyager dans un monde de symboles et de poésie, d’analogies et de résonances subtiles, c’est comprendre l’Inconscient, les mythes qui le fondent et les archétypes qui l’expriment. Alors, le miracle du changement devient possible
La psychothérapie touche notre Inconscient. Elle parle le langage des rêves, car notre esprit profond ne comprend pas les concepts rationnels de notre esprit logique.
Faire de la psychothérapie, c’est voyager dans un monde de symboles et de poésie, d’analogies et de résonances subtiles, c’est comprendre l’Inconscient, les mythes qui le fondent et les archétypes qui l’expriment. Alors, le miracle du changement devient possibl

1 Comment

Laisser un commentaire

  1. En Route vers sa propre Humanimalité recouvrée, l’Humanimal humain délaisse la Toute-Puissance illusoire du Sauveur. Pour ce faire, il doit faire montre de Courage… La Transformation nécessite la Réouverture volontaire de la Blessure originelle d’un Narcissisme mal mené. Cette Plaie qui, jamais refermée, s’est infectée et fait tant souffrir. Cette Plaie qui, pour un peu de Soulagement, oblige au Grandiose, à la Démesure, au Difficilement soutenable et à l’Irréaliste: SAUVER.

    On ne Sauve pas. On fait ce que l’on peut! Et, très souvent, on peut peu.

    Sur le Sentier foulé par les humains, les chiens, les chevaux et tous les autres, l’Humanimal EST en toute CONSCIENCE. De ses Apprentissages, il peut espérer la Confiance. Une Confiance nécessaire pour Blesser consciemment le Narcissisme déjà blessé et mal cicatrisé. Une Confiance pour Inciser, sans trembler et avec Bienveillance, la Plaie infectée et ainsi permettre une Nouvelle Guérison. De cette Entaille sourdrera le Pu de la Culpabilité sans fin, de la Responsabilité excessive: Fardeaux des Dieux trop lourd pour les Hommes.

    On ne Sauve peut-être personne d’autre que Soi-même… Ni les Hommes, ni les Bêtes. Mais délesté du Fardeau de jouer à Dieu auprès des Uns et des Autres, il nous reste toujours le Pouvoir d’Offrir et d’Accepter; de Donner et de Prendre.

    Dans l’Ici et Maintenant, en toute Conscience, l’Humanimal reprend ainsi pieds ou pattes dans les Fondements-mêmes de sa propre Humanimalité: l’Être humain fait parti de ces Animaux dits sociaux…

    On peut peu… Mais on peut. C’est d’ailleurs dans notre Nature! A-t-on besoin d’être Dieu? Pour Sauver: oui. Pour offrir un p’tit-coup-de-patte-humanimal: la réponse nous appartient.

    Humanimalement vôtre,

    Emmanuelle Fournier Chouinard

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s