Sans les animaux, l’humain deviendrait bête!

Ce n’est pas la rencontre avec soi qui est importante c’est la rencontre avec l’Autre. C’est donc placer l’hospitalité comme fondement de la relation. Et cela est d’autant plus vrai avec un chien. En quoi? Lui faire une place, c’est octroyer un espace, aussi bien physique (tapis, cour…) mais aussi intérieur : faire une place en dedans de soi, creuser un espace de retrait en soi pour accueillir l’autre canin. C’est dans cette bulle que le monde anthropocanin peut éclore. C’est ‘l’é-vidence’ de soi disait Marc-Alain Ouaknin, au sens de se vider soi-même, ses préjugés, ses idées, ses peurs pour laisser l’espace à l’autre. Dans cette humilité du retrait, la relation peut se bâtir sur le respect. Et parce qu’il y a retrait, on existe comme duo anthropocanin. Ca ne signifie pas laisser toute la place et se faire déborder ou… C’est bien au contraire offrir l’hospitalité.

Ce qui nous prend à contre-pied, l’homme n’est-il pas le centre de l’univers? Or c’est une erreur fatale ‘non pas de placer l’homme au centre du monde mais de croire que le monde a un centre qui privilégie indûment l’une de ses créatures aux dépens de toutes les autres’, Dominique Lestel, L’animal est l’avenir de l’homme, p.22
Aussi en ouvrant cet espace, ce qui se produit c’est que le canin devient un interlocuteur et un partenaire et non pas une copie non conforme de l’homme ou pire une machine plus ou moins réussie. Et comme nous sommes apparentés, la communication est facile : il s’agit de faire le silence en soi pour recevoir l’autre dans son propos. L’autre canin qui sait drôlement bien communiquer!
Et c’est là qu’organiser sa vie avec un chien, s’organiser un Jardin, prend tout son sens. C’est un espace communautaire qu’on a aménagé à deux : soi et son canin. Physiquement cela peut être dans le jardin de la maison mais symboliquement cet espace est unique et n’existe que pour vous deux, c’est l’espace dans lequel vous êtes engagés dans des projets communs en particulier celui d’organiser une bonne vie partagée.
L’homme et le chien partagent une même destinée.

Ce n’est pas la rencontre avec soi qui est importante c’est la rencontre avec l’Autre. C’est donc placer l’hospitalité comme fondement de la relation. Et cela est d’autant plus vrai avec un chien.

En quoi? Lui faire une place, c’est lui octroyer un espace, aussi bien physique (tapis, cour…) qu’intérieur : faire une place en dedans de soi, creuser un espace de retrait en soi pour accueillir l’autre canin. C’est dans cette bulle que le monde anthropocanin peut éclore. C’est ‘l’é-vidence’ de soi disait Marc-Alain Ouaknin, au sens de se vider soi-même, ses préjugés, ses idées, ses peurs pour laisser l’espace à l’autre. Dans cette humilité du retrait, la relation peut se bâtir sur le respect. Et parce qu’il y a retrait, on existe comme duo anthropocanin. Ca ne signifie pas laisser toute la place et se faire déborder ou… C’est bien au contraire offrir l’hospitalité.

C’est ce qui nous prend à contre-pied, l’homme n’est-il pas le centre de l’univers? Or c’est une erreur fatale ‘non pas de placer l’homme au centre du monde mais de croire que le monde a un centre qui privilégie indûment l’une de ses créatures aux dépens de toutes les autres’, Dominique Lestel, L’animal est l’avenir de l’homme, p.22.

Aussi en ouvrant cet espace, ce qui se produit c’est que le canin devient un interlocuteur et un partenaire et non pas une copie non conforme de l’homme ou pire une machine plus ou moins réussie. Et comme nous sommes apparentés, la communication est facile : il s’agit de faire le silence en soi pour recevoir l’autre dans son propos. L’autre canin qui sait drôlement bien communiquer!

L’animal est l’avenir de l’homme, hospitalité, espace, Dominique Lestel, Marc-Alain Ouaknin, accueil, chien, relation anthropocanineEt c’est là qu’organiser sa vie avec un chien, s’organiser un Jardin, prend tout son sens. C’est un espace communautaire qu’on a aménagé à deux : soi et son canin. Physiquement cela peut être dans le jardin de la maison mais symboliquement cet espace est unique et n’existe que pour vous deux, c’est l’espace dans lequel vous êtes engagés dans des projets communs en particulier celui d’organiser une bonne vie partagée.

L’homme et le chien partagent une même destinée.

Hospitalité
Ce n’est pas la rencontre avec soi qui est importante c’est la rencontre avec l’Autre. C’est donc placer l’hospitalité comme fondement de la relation. Et cela est d’autant plus vrai avec un chien. En quoi? Lui faire une place, c’est octroyer un espace, aussi bien physique (tapis, cour…) mais aussi intérieur : faire une place en dedans de soi, creuser un espace de retrait en soi pour accueillir l’autre canin. C’est dans cette bulle que le monde anthropocanin peut éclore. C’est ‘l’é-vidence’ de soi disait Marc-Alain Ouaknin, au sens de se vider soi-même, ses préjugés, ses idées, ses peurs pour laisser l’espace à l’autre. Dans cette humilité du retrait, la relation peut se bâtir sur le respect. Et parce qu’il y a retrait, on existe comme duo anthropocanin. Ca ne signifie pas laisser toute la place et se faire déborder ou… C’est bien au contraire offrir l’hospitalité.
Ce qui nous prend à contre-pied, l’homme n’est-il pas le centre de l’univers? Or c’est une erreur fatale ‘non pas de placer l’homme au centre du monde mais de croire que le monde a un centre qui privilégie indûment l’une de ses créatures aux dépens de toutes les autres’, Dominique Lestel, L’animal est l’avenir de l’homme, p.22
Aussi en ouvrant cet espace, ce qui se produit c’est que le canin devient un interlocuteur et un partenaire et non pas une copie non conforme de l’homme ou pire une machine plus ou moins réussie. Et comme nous sommes apparentés, la communication est facile : il s’agit de faire le silence en soi pour recevoir l’autre dans son propos. L’autre canin qui sait drôlement bien communiquer!
Et c’est là qu’organiser sa vie avec un chien, s’organiser un Jardin, prend tout son sens. C’est un espace communautaire qu’on a aménagé à deux : soi et son canin. Physiquement cela peut être dans le jardin de la maison mais symboliquement cet espace est unique et n’existe que pour vous deux, c’est l’espace dans lequel vous êtes engagés dans des projets communs en particulier celui d’organiser une bonne vie partagée.
L’homme et le chien partagent une même destinée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s