Cet étrange appel à la Nature

Depuis la nuit des temps, on observe la nature et on tente de décrypter les animaux pour déterminer la meilleure manière de gouverner nos conduites. Comment se fait-il que nous nous tournions presque toujours vers la Nature et l’observation des animaux pour trancher des dilemmes moraux?
Souvent dans les médias, après une catastrophe on lit ‘la nature a pris sa revanche’ ou lorsque les animaux sont tués ‘ils se vengeront’. En fait, l’idée est qu’un contrat moral nous unissant à la Nature et aux animaux (loin, bien loin dans nos mémoires et constamment oublié) est violé, maltraité. Si non, à quoi bon ces phrases toutes faites et lourdes de sens?

Nous semblons convaincus que les équilibres sont fragiles, que la Nature subit le contre coup des activités humaines et qu’il nous faut imposer des règles du jeu légales. Reste que l’urbanisation accélérée des dernières décennies et la proximité physique bien réelle dans laquelle nous baignons semblent nous éloigner radicalement de la Nature. Et surtout nous rendent bien moins tolérants aux comportements normaux des animaux qui vivent désormais dans le giron humain.

Pouvons-nous réaliser tout ce que nous raterions si on devait continuer à négliger la nature et les animaux, du moins les animaux de compagnie et spécifiquement les chiens? Nous courons tous après des denrées rares : l’espace, le temps, le silence, la beauté, la pureté …. qui semblent difficiles à trouver dans la vie urbaine stressante et bruyante. Et pourtant! Point n’est besoin de se perdre dans le désert pour faire cette rencontre. Apprenons au quotidien à observer nos animaux. En ouvrant nos cœurs! Ils nous apprennent à respirer, à jouer, à renouer avec nos horloges biologiques, à toucher, à rire aussi. Ils nous apprennent à apprendre sans trêve.

D’une certaine manière, la relation que nous pouvons établir avec nos animaux de compagnie nous permet de renaître à soi. Si et seulement si elle est vécue sereinement sans domination et écrasement anthropomorphiques. C’est-à-dire quand on accepte d’être touché intérieurement par le comportement de son animal. Accepter le fait et décider de guérir. Vivre avec un animal permet de laisser remonter des choses refoulées. Le travail de guérison peut se faire. Et de Nature ici il est question de la nature intérieure.
Il est tout à fait possible de vivre la Nature en ville grâce à nos animaux. Nous ne sommes pas coupés de cette Nature mais grâce à eux nous la rejoignons tous les jours avec plus d’âpreté et de nécessité. Ainsi un arbre couvert d’oiseaux dans tel espace vert faisant le bonheur du chien! Mais reléguer les animaux dans les parcs ou des enclos, c’est encadrer nos zones émotives, programmer nos instincts authentiques.

Une continuité se noue entre soi et le monde et ça passe plus fort et plus vite aux côtés des animaux de compagnie. Vous voulez un monde durable : commençons par rendre durable la relation qu’on établit avec nos animaux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s