Caninisons à point

Docteur Didier Vernay, neurologue au CHU de Clermont-Ferrand : ‘le réel problème ne réside pas tellement dans le manque de données scientifiques fiables (même s’il y a beaucoup à dire) mais plutôt dans l’incapacité des chercheurs mono-disciplinaires à intégrer et contextualiser les données du puzzle issues de la pratique et des programmes de recherche. Dans ce cas aucune image cohérente ne se construit et l’on retourne en boucle stérilement des pièces qui pourtant, mises en perspective,pourraient prendre sens et ébaucher le paysage de ce que pourraient être les grilles de lecture du paysage de la médiation animale. Pour cela, outre une bonne connaissance de sa discipline d’origine, il faut trois ingrédients : une dose suffisante de culture (et de rencontres) pluridisciplianire, une connaissance pratique des activités avec l’animal (AAA) et une vision globale. Le meilleur moyen est de sortir du système. Les sociologues aiment à le dire : lorsque le système est bloqué, il faut en sortir. Dorénavant lorsque l’on me fera grief de mon manque de références scientifiques et théoriques, je ne jouerais plus les cartographes; décomplexé j’assumerais mon statut d’explorateur des AAA et me rappellerai la maxime suivante : ‘rien ne sert de théoriser trop tôt, il faut caniniser à point’.

Jean-Luc Vuillemenot, Un animal et la vie est plus belle, p. 267-268

1 Comment

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s