Politique de développement durable et le chien : point de vue social 1/3

Vivre avec un animal en ville est difficile. Vivre ensemble avec un animal en ville touche à des problématiques de partage de l’espace public, de tolérance et ne manque pas d’engendrer des conflits.
Néanmoins, la présence de l’animal en milieu urbain pose de trop nombreuses questions pour ne pas être entendues. Les chiens, les chats, les cerfs, les…. pèsent déjà sur les décisions.

Une transformation de la politique serait-elle en marche ? Pour la Ville de Longueuil en pleine réflexion en lien avec le développement durable (DD), une démarche novatrice et responsable consisterait à prendre conscience de la réalité sociale (environnementaleéconomique) de l’animal en ville.
De toute manière, hommes et animaux ne vivent pas dans deux mondes parallèles. Nos histoires sont étroitement liées, nous partageons le même espace de vie et nous influençons le même environnement. La présence des animaux (commensaux, sauvages, de compagnie) en ville est un véritable phénomène de société et nous devons nous interroger sur notre rapport à eux.

Cette série de 3 articles se limitera à quelques propositions afin d’inciter la ville à, non seulement, modifier le règlement CO-2012-733 sur le contrôle des animaux, mais à l’inscrire dans une vision plus globale et inclusive. Là où l’accessibilité, le leadership, le sentiment d’appartenance, l’autonomie des partenaires, le respect, le droit à l’information et la valorisation de l’action bénévole sont des valeurs implicites. (Culture, loisir et vie communautaire).

Au-delà des règlements, l’objectif est la création d’une véritable culture populaire de l’animal en ville qui passe par l’engagement de la grande majorité des acteurs du monde de l’animal de compagnie. Ces principaux acteurs sont:
– Les particuliers qui possèdent un animal de compagnie,
– Les éleveurs,
– Des professionnels qui souhaitent vivre de leur travail tout en étant en règle,
– Les associations de protection animale,
– Les professionnels de l’animal (vétérinaires, éducateurs, comportementalistes…),
– Les pouvoirs publics.
Si l’on constate ce qui se fait ailleurs, la clé de la réussite réside dans la coordination entre ces différents services et acteurs. Parfois, cette responsabilité est déléguée à une personne chargée de fédérer le tout et de composer une équipe pluridisciplinaire. Mais (et surtout) une personne qui adopte délibérément une approche transversale des questions relatives à la place de l’animal en ville.

Ça c’est une intervention d’approche communautaire!

Préparer la ville de demain en définissant la place, le rôle et le statut du vivant au coeur de la cité et inscrire cette question dans un cadre de développement durable semblent donc nécessaire.

Pour aller plus loin

Les relations homme-animal en milieu urbain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s