Reprendre le contact perdu avec le monde

La thérapie assistée par l’animal (TAA) c’est  non pas la stimulation de la parole qui est objet d’attention, et l’émergence d’un sens à construire et partager, mais plutôt la stimulation de sens.
Thérapie par l'animal: stimulation de sensLes résultats obtenus par de nombreux chercheurs sont éloquents sur l’apport de la TAA : au niveau physiologique, il a été démontré que caresser un animal de compagnie réduit de manière significative la pression artérielle, la température de la peau et le rythme cardiaque… . Sur le plan psychologique (Barthalot, 2001) :

L’animal facilite la maturation psychoaffective et psychomotrice des adolescents, il canalise et contient l’agressivité…. Il fournit un substitut de
contacts humains permettant au malade de ne pas perdre, même provisoirement, son image corporelle. Sa simple présence peut favoriser l’apparition de sentiments positifs et de confiance en soi chez les personnes fragiles et démunies
….
Le patient a tendance à se laisser aller moins facilement, voire à se dépasser, à oublier ses difficultés quand il joue à la balle avec un chien, quand il le brosse ou se penche pour le caresser et le câliner. L’animal devient alors un déclencheur de communication

La relation thérapeutique avec l’animal a de multiples effets : diminution du sentiment de solitude, de l’anxiété, de la pression artérielle, de la prise de médicaments, amélioration de la forme physique, augmentation du sentiment d’utilité, amélioration de l’estime de soi, ce qui facilitent les relations sociales et dévient l’attention, responsabilisation, respect, plaisir et divertissement.
« Par l’intermédiaire des soins, formes variées d’attention à l’autre qui interviennent dans diverses pratiques thérapeutiques », il y aurait cette possibilité d’une relation d’aide comme la TAA qui permet de réconforter, fournir à la personne un lieu d’expression verbale et non-verbale, de ses émotions (dépression, douleur, isolement, frustrations), offrir un contact non menaçant par le biais d’un animal à une personne refusant toute forme d’échange, aide à l’intégration d’une personne nouvellement arrivée dans un milieu d’hébergement, valorisation et estime de soi. Cette pratique d’accompagnement est « un travail de connexion entre soignants et soignés en quête d’unité » (Saillant et Gagnon, 1999) et par l’intermédiaire d’une tierce ‘personne’, un animal qui a pour fonction de stimuler les fonctions cognitives supérieures chez le patient grâce à toutes sortes de stimulations sensorielles au niveau du toucher (fourrure, chaleur, contact, proximité, léchage…) et du visuel (couleurs, grosseurs, races, jeux, messages…). Et par le biais de tout ce qui touche les activités perceptivo-motrices comme marcher, flatter, brosser, jouer, préserver les habiletés physiques résiduelles et les comportements sociaux : sourires, les rires, les regards, les toucher, la verbalisation, le fait d’appeler le chien, etc.

Pour aller plus loin:
Barthalot Catherine: Mise au point : Animation thérapeutique et thérapie facilitée par l’animal, Soins gérontologie, 30 : 41-44 , 2001

Saillant, Francoise et Gagnon. Éric: Soins, corps et altérité. Anthropologie et sociétés. 1999, 23 :2, 1999

Cyrulnik. Boris & Digard. Jean-Pierre  & Picq. Pascal: La plus belle histoire des animaux, 2000

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s