S’entrainer pour gagner du moral et pour en perdre

Confiance et complicité sont les maîtres mots qui  motivent les entrainements en canicross. Que ce soit pour préparer le Trophée des Montagnes  ou pour courir en meute, ça prend un plan d’entrainement pour le 2 pattes et un plan d’entrainement pour le 4 pattes et une gestion des essais et des erreurs…  Peu de choses affectent autant la relation avec nos chiens que la confiance. Elle n’est jamais vraiment acquise, elle se reconstruit chaque jour sur des bases toujours plus solides. En confiance, le chien nous suivra dans nos motivations et nos jugements, dans nos décisions même les plus saugrenues comme prendre un avion… En canicross, et dans la vie sportive de tous les jours, le chien devrait coopérer en toutes circonstances, faire un 6 pattes en un seul équipage, unis dans les moments difficiles. Et dans tout entrainement de canicross, de skijoering, de trotinette, il y en a.
Ça commence par le choix des terrains d’entrainement, alterner la nouveauté, le jeu si possible de nouveaux dénivelés, les distances… Autant d’éléments qui vont garder le chien en éveil. En tout temps, remettre en forme l’humain pour que le canin ait du plaisir à canicourir. Le chien tire l’humain, si le deux pattes traine la patte, le quatre pattes peut déchanter et se désintéresser.Championnats canadiens-Bristol-automne 2010
Dans les courses comme les entrainements, les coussinets peuvent s’abimer, aussi faut-il miser à les renforcer préalablement en courant sur toutes sortes de terrain pour éviter les blessures immobilisantes, étirer le chien avant et après, les muscles sont fragilisés, tous ces gestes renforcent la relation. Et puis, la nourriture et les compléments alimentaires riches permettent de compenser un manque et de précupérer immédiatement après l’effort.

En parallèle, le coureur humain ne se prépare pas tant à faire des kilomètres : endurance! endurance! endurance! Que du temps…. Imaginez le plaisir de votre chien si vous pouviez l’accompagner dans sa course véritablement… Par exemple, les étapes du TDM ne sont pas très longues –  en moyenne 7.5 kms/jour –  mais, ça ne se canicourt pas en dedans de 25 minutes! Il faut prendre en considération la dénivellation des Alpes françaises. Certains forums indiquent qu’il faut multiplier le temps habituel de course par 1.5…. pour les meilleurs (résultats 2010).
Ça veut dire aussi que le chien devra tenir autant d’heures attelé…. en confiance… et offrir à son chien les conditions optimales …. Une confiance peut se perdre par une mauvaise appréciation d’une situation … Ne rien mésestimer sur un sentier… La banalité humaine est anormale dans un langage canin…. et peut valoir le  retrait du chien.
Chaque jour remettre sur l’ouvrage l’œuvre de confiance!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s