Pas sans mon animal de compagnie

La violence conjugale est un processus évolutif au cours duquel un partenaire exerce, dans le cadre d’une relation privilégiée, une domination qui peut s’exprimer par des agressions physiques, psychologiques, sexuelles, économiques  ou spirituelles envers un être humain et….  on l’oublie souvent aussi envers l’animal domestique de la victime.
Cette autre forme de violence, celle que l’homme commet à l’encontre de l’animal de compagnie de sa femme, est un symptôme d’un mal profond. Dans ‘Animal Abuse and Family Violence:  Researching the Interrelationships of Abusive Power’ (2005), Amy Fitzgerald a démontré que la menace de faire mal à l’animal était une tactique que les hommes violents utilisent pour instaurer leur supériorité et leur contrôle sur leur femme. L’animal devient un outil de puissance et d’intimidation. Inversement, Amy Fitzgerald a   a démontré l’influence qu’avait un chien ou un chat dans la vie d’une femme en proie aux violences conjugales.  L’animal de compagnie apaise la souffrance psychologique vécue par les femmes violentées. Il est le support pour passer ‘au travers’, il est affectueux, doux, attentif et confesseur… Tout ce qu’elles ne trouvent pas à la maison.
Au Québec, selon l’institut national de santé publique, 17 321 infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal ont été rapportées à la police en 2008. Ces crimes ont fait 14 242 victimes féminines (82 %) et 3079 victimes masculines (18 %).
Combien d’entre elles avaient des animaux de compagnie? Car il importe de savoir que cet attachement très fort, ce ‘plan de survie’ comme l’appelle Amy Fitzgerald peut être aussi leur perte. Des études ont montré qu’un certain nombre de femmes subissant des violences conjugales hésitent à quitter le domicile conjugal notamment quand elles savent que leur animal va faire l’objet de sévices ou de représailles.
Chiens battus = femmes battues = créer des structures qui accueillent aussi les animaux.

Pour aller plus loin
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-France_Hirigoyen
Marie-France Hirigoyen, Femmes sous emprise, Paris, Oh! Editions, 2005
Marie-France Hirigoyen, Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien, Paris, Syros, 1998

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s