Sainte-Rita, bénies toutou et minou

La Sainte des cas impossibles, l’Avocate des causes désespérées, le Refuge de la dernière heure, Sainte-Rita s’occupe aussi des animaux domestiques. Est-ce si surprenant?
Mgr PHILIPPE et le chevalChaque année (premier dimanche de Novembre et de Mai), à l’occasion de la solennité de Saint François d’Assise dans l’église Sainte Rita (XVe arrondissement de Paris), une messe est célébrée spécialement pour les animaux. Il y a bien eu quelques réticences de la part du clergé du style ‘un chien dans une église! Horreur le profane dans le sacré’, mais, l’initiative de Mgr Philippe a remporté un tel succès depuis sa première messe en 1993, que c’est devenu un pèlerinage bi-annuel incontournable. Ce qui étonne le plus les pratiquants humains c’est qu’il n’y ait ni aboiement, ni jappement, ni la moindre déjection pendant l’office. Comme quoi les préjugés ont la vie dure jusque devant la croix. Par contre,

les humains se font remarquer par leurs bavardages, même aux moments les plus sacrés : à l’évidence, ils sont nombreux à ne pas connaître le rituel de la messe, ne sachant pas quand ils doivent rester debout ou s’asseoir

Anne-Marie Brisebarre, directrice de recherche au CNRS au Laboratoire d’anthropologie sociale  a étudié ce phénomène pendant de nombreuses années, ‘La messe des animaux’ .

C'est souvent l'angoisse suscitée par la maladie de leurs animaux qui pousse les maîtres désespérés à venir à Sainte-Rita
C’est souvent l’angoisse suscitée par la maladie de leurs animaux qui pousse les maîtres désespérés à venir à Sainte-Rita

Chiens chats, furets, dromadaires etc. restent sages pendant que l’évêque donne sa messe des animaux et bénit individuellement chacun par ces mots:

Soyez bénie, petite créature de Dieu. Que Dieu, la Vierge et sainte Rita vous aient dans leur sainte garde et qu’ils vous accordent longue vie auprès de vos maîtres

L’officiant répète solennellement la formule, traçant avec son pouce le signe de la croix, caressant, imposant les mains sur les animaux malades ou très âgés. L’assemblée se sépare en entonnant le ‘Ainsi soit la vie’, hymne à la beauté et la fidélité des animaux, qui dénonce les actes cruels des hommes à leur égard (ex: la corrida, la chasse), mais aussi les compromissions de l’Église, qui ignore les animaux.
Les animaux sont des créatures de Dieu. S’il y a un paradis pour eux c’est qu’ils ont une place…. auprès des propriétaires c’est assez évident mais ces célébrations leur ouvrent-elles toutes grandes les portes d’une reconnaissance sociale? symbolique? spirituelle? Cette messe peut-elle être vue comme l’aveu de l’existence d’une communauté de destin entre l’homme et ses animaux familiers ? D’une communauté hybride (D. Lestel)?

Les bêtes accueillies à la paroisse Sainte-Rita ont un autre statut : ce sont des familiers, qui ne font pasDésir de partager leur vie dans toutes ses dimensions vivre les hommes, mais vivent avec eux. Par leur présence, « ils humanisent les villes », dit Mgr Philippe, cité par Anne-Marie Brisebarre

Ou peut-être une manière détournée de rejoindre l’humain par le biais de son animal de compagnie, somme toute rien de plus que le travail ordinaire d’un homme d’église, d’un homme de son temps

En choisissant de bénir le couple formé par le maître et son compagnon, l’évêque affirme que ce qu’il fait pour l’animal souffrant rejaillit sur son propriétaire : il « touche le cœur des gens en soignant leurs animaux
Mgr Philippe cité par Anne-Marie Brisebarre

Pour en savoir plus
http://www.scienceshumaines.com/beni-sois-tu-medor-_fr_3312.html
Anne-Marie Brisebarre, « La messe des animaux », Communications, n° 74, 2003La Sainte des cas impossibles, l’Avocate des causes désespérées, le Refuge de la dernière heure, Sainte-Rita s’occupe aussi des animaux domestiques. Est-ce si surprenant?
Mgr PHILIPPE et le chevalChaque année (premier dimanche de Novembre et de Mai), à l’occasion de la solennité de Saint François d’Assise dans l’église Sainte Rita (XVe arrondissement de Paris), une messe est célébrée spécialement pour les animaux. Il y a bien eu quelques réticences de la part du clergé du style ‘un chien dans une église! Horreur le profane dans le sacré’, mais, l’initiative de Mgr Philippe a remporté un tel succès depuis sa première messe en 1993, que c’est devenu un pèlerinage bi-annuel incontournable. Ce qui étonne le plus les pratiquants humains c’est qu’il n’y ait ni aboiement, ni jappement, ni la moindre déjection pendant l’office. Comme quoi les préjugés ont la vie dure jusque devant la croix. Par contre,

les humains se font remarquer par leurs bavardages, même aux moments les plus sacrés : à l’évidence, ils sont nombreux à ne pas connaître le rituel de la messe, ne sachant pas quand ils doivent rester debout ou s’asseoir 
Anne-Marie Brisebarre, directrice de recherche au CNRS au Laboratoire d’anthropologie sociale  a étudié ce phénomène pendant de nombreuses années, ‘La messe des animaux’ .
C'est souvent l'angoisse suscitée par la maladie de leurs animaux qui pousse les maîtres désespérés à venir à Sainte-Rita
C'est souvent l'angoisse suscitée par la maladie de leurs animaux qui pousse les maîtres désespérés à venir à Sainte-Rita

Chiens chats, furets, dromadaires etc. restent sages pendant que l’évêque donne sa messe des animaux et bénit individuellement chacun par ces mots:

Soyez bénie, petite créature de Dieu. Que Dieu, la Vierge et sainte Rita vous aient dans leur sainte garde et qu’ils vous accordent longue vie auprès de vos maîtres

L’officiant répète solennellement la formule, traçant avec son pouce le signe de la croix, caressant, imposant les mains sur les animaux malades ou très âgés. L’assemblée se sépare en entonnant le ‘Ainsi soit la vie’, hymne à la beauté et la fidélité des animaux, qui dénonce les actes cruels des hommes à leur égard (ex: la corrida, la chasse), mais aussi les compromissions de l’Église, qui ignore les animaux.
Les animaux sont des créatures de Dieu. S’il y a un paradis pour eux c’est qu’ils ont une place…. auprès des propriétaires c’est assez évident mais ces célébrations leur ouvrent-elles toutes grandes les portes d’une reconnaissance sociale? symbolique? spirituelle? Cette messe peut-elle être vue comme l’aveu de l’existence d’une communauté de destin entre l’homme et ses animaux familiers ? D’une communauté hybride (D. Lestel)?

Les bêtes accueillies à la paroisse Sainte-Rita ont un autre statut : ce sont des familiers, qui ne font pasDésir de partager leur vie dans toutes ses dimensions vivre les hommes, mais vivent avec eux. Par leur présence, « ils humanisent les villes », dit Mgr Philippe, cité par Anne-Marie Brisebarre

Ou peut-être une manière détournée de rejoindre l’humain par le biais de son animal de compagnie, somme toute rien de plus que le travail ordinaire d’un homme d’église, d’un homme de son temps

En choisissant de bénir le couple formé par le maître et son compagnon, l’évêque affirme que ce qu’il fait pour l’animal souffrant rejaillit sur son propriétaire : il « touche le cœur des gens en soignant leurs animaux
Mgr Philippe cité par Anne-Marie Brisebarre

Pour en savoir plus
http://www.scienceshumaines.com/beni-sois-tu-medor-_fr_3312.html
Anne-Marie Brisebarre, « La messe des animaux », Communications, n° 74, 2003

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s