Le propre de l’homme c’est quoi?

Réflexions avec Élisabeth de Fontenay et son ‘Sans offenser le genre humain’

sans offenser le genre humainIl faut bien accepter qu’au début du XXIe siècle nous devions penser à l’être de l’homme comme à quelque chose d’à la fois tragique et irreprésentable : nous sommes cernés par le passé lointain de notre espèce, le passé récent de notre historicité et le futur incertain de notre humanité, absences qui rendent dérisoires les affirmations de spécificité et les efforts de détermination. P 44

Car nous ne pouvons plus désormais sauf à accepter que la réflexion philosophique le cède à l’enflure rhétorique opposer la nature et la culture, l’inné et l’acquis, l’homme et l’animal. p 48

S’en tenir le plus possible à une anthropologie négative: affirmer que l’homme est un état qui ne peut ni ne doit être défini. p 50

Tel est en effet le caractère distinctif de l’homme en face de tous les autres animaux: seul il perçoit le bien et le mal, le juste et l’injuste et les autres valeurs; or, c’est la possession commune de ces valeurs qui fait la famille et la cité – disait Aristote. Cette thèse semble tellement irréfutable par sa forte articulation du langage et de la politique, qu’on n’a jamais pu vraiment la dépasser en énonçant un critère d’humanité donné plus décisif…..C’est un désir narcissique qui cause la faute logique…C’est la liberté du sujet moral qui fonde la dignité comme propre de l’homme et non le langage articulé. p 54, p56, p58

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s