Silence, on abandonne

Pour la seule province de Québec, près de 500,000 animaux seront abandonnés d’ici à la fin de l’année. En ce moment même, des milliers de drames se déroulent avec l’assentiment muet de la population québécoise et des autorités publiques. La période des déménagements bat son plein, on vide les maisons pour gagner un nouveau nid et on doit se départir du chat – lu sur un forum: il est pas accepté dans le nouveau bloc, si je le donne c est tout simplement car je me retrouve en appartement alors qu’il a toujours vécu en maison et il ne s’adapte pas et si je fait ca se n’est pas de gaité de coeur mais vraiment parce qu’il est malheureux -. En quittant la maison, l’humain détruit l’univers de son animal de compagnie alors en abandonnant chien et chat attachés au pied du lavabo, on pose un acte criminel, violent, cruel… en toute impunité – lu sur un forum: Un chien s’adapte n’importe où – même vivre dans la rue ne le dérange pas – du moment qu’il est avec son maître, du moment qu’il est avec sa meute. On part en vacances et … le chien est devenu encombrant. Sans aucune mauvaise conscience, on le lâche dans la nature pour  lui rendre sa liberté. Non il ne va pas repartir à l’état sauvage’. Il va mourir. Il va être recueilli par une fourrière et sera euthanasié quelques jours après son arrivée.

L'abandon est un acte humainEt pourquoi c’est aussi simple? Parce que l’animal domestique au Québec est un bien meuble, dixit le code civil. Franchement pourquoi faire plus de cas d’un objet de consommation : il est jetable comme le reste de la garde-robe. Aussi, la même litanie se reproduit année après année, à la même époque, la Ville de Montréal et la Société québécoise pour la défense des animaux (SQDA) lancent des appels au civisme des citoyens. En vain.
Cette année pourquoi en serait-il autrement? Le nombre de mises à mort va augmenter proportionnellement aux nombres d’abandon, la situation est catastrophique : on ne peut pas gérer la surpopulation des animaux domestiques par l’euthanasie.
Il est temps que les autorités publiques prennent connaissance de ces chiffres : au Québec, 45% des ménages possèdent un animal domestique. Les statistiques démontrent qu’en moyenne, chacun n’est gardé que 2 ans par ses propriétaires.

Pour aller plus loin:

http://www.sandraetlechien.com/2010/au-quebec-la-loi-n%e2%80%99a-pas-de-mordant/
http://www.lesblogues.com/animaux/17773/Victime+d&%23039%3Babandon,+de+maltraitance+et+d&%23039%3Bautres+horreurs.html
http://aequoanimo.com/lesabandons.html
http://frenchtoutou.over-blog.net/article-30570724.htmlPour la seule province de Québec, près de 500,000 animaux seront abandonnés d’ici à la fin de l’année. En ce moment même, des milliers de drames se déroulent avec l’assentiment muet de la population québécoise et des autorités publiques. La période des déménagements bat son plein, on vide les maisons pour gagner un nouveau nid et on doit se départir du chat – lu sur un forum: il est pas accepté dans le nouveau bloc, si je le donne c est tout simplement car je me retrouve en appartement alors qu’il a toujours vécu en maison et il ne s’adapte pas et si je fait ca se n’est pas de gaité de coeur mais vraiment parce qu’il est malheureux -. En quittant la maison, l’humain détruit l’univers de son animal de compagnie alors en abandonnant chien et chat attachés au pied du lavabo, on pose un acte criminel, violent, cruel… en toute impunité – lu sur un forum: Un chien s’adapte n’importe où – même vivre dans la rue ne le dérange pas – du moment qu’il est avec son maître, du moment qu’il est avec sa meute. On part en vacances et … le chien est devenu encombrant. Sans aucune mauvaise conscience, on le lâche dans la nature pour  lui rendre sa liberté. Non il ne va pas repartir à l’état sauvage’. Il va mourir. Il va être recueilli par une fourrière et sera euthanasié quelques jours après son arrivée.

L'abandon est un acte humainEt pourquoi c’est aussi simple? Parce que l’animal domestique au Québec est un bien meuble, dixit le code civil. Franchement pourquoi faire plus de cas d’un objet de consommation : il est jetable comme le reste de la garde-robe. Aussi, la même litanie se reproduit année après année, à la même époque, la Ville de Montréal et la Société québécoise pour la défense des animaux (SQDA) lancent des appels au civisme des citoyens. En vain.
Cette année pourquoi en serait-il autrement? Le nombre de mises à mort va augmenter proportionnellement aux nombres d’abandon, la situation est catastrophique : on ne peut pas gérer la surpopulation des animaux domestiques par l’euthanasie.
Il est temps que les autorités publiques prennent connaissance de ces chiffres : au Québec, 45% des ménages possèdent un animal domestique. Les statistiques démontrent qu’en moyenne, chacun n’est gardé que 2 ans par ses propriétaires.

Pour aller plus loin:

http://www.sandraetlechien.com/2010/au-quebec-la-loi-n%e2%80%99a-pas-de-mordant/
http://www.lesblogues.com/animaux/17773/Victime+d&%23039%3Babandon,+de+maltraitance+et+d&%23039%3Bautres+horreurs.html
http://aequoanimo.com/lesabandons.html
http://frenchtoutou.over-blog.net/article-30570724.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s