Canicross, un sport complémentaire

Marie-Ève est une jeune femme qui court, son objectif : terminer le marathon en septembre prochain. Cela fait un an qu’elle s’y prépare. Depuis quelques semaines, elle a intégré le canicross dans son programme d’entrainement. Tout un changement dans ses performances…

La plus grosse différence entre le canicross est la course « normale » est définitivement la cadence. En course « normale », le nombre de foulées est très important, mais en canicross, c’est pratiquement impossible pour moi de courir en faisant un nombre de foulée minimal (3 foulées/seconde) en raison de la très grande vitesse. Pour cette raison, c’est beaucoup plus difficile sur les articulations parce que comme la foulée est plus grande, l’impact au sol est également plus grand. Je crois que c’est un des plus grands défis parce que mon corps est habitué de courir en faisant 3 fois plus de foulées. Par contre, à force d’aller courir en canicross, je commence à courir plus en douceur. Les premières fois en canicross, je courrais un peu à contre-courant. Mon corps étant habitué à courir d’une certaine façon (le nombre de foulée par seconde, la position des bras, des mains, etc.), j’ai dû m’ajuster en trouvant une autre façon de courir.
L’autre grande différence est la vitesse. Je ne pourrai jamais courir à cette vitesse par mes propres moyens… à mon grand désarroi! Comme c’est plus rapide, le cardio est toujours à son maximum. Quand je m’entraîne en course « normale », il m’arrive souvent de courir vite, mais à la vitesse que nous courrons avec les chiens, ce serait impossible de tenir sur d’aussi longues distances. En entraînement, il y a 5 vitesses de course. 1, 2, 3, 4 et 5. La 1 étant la vitesse la moins rapide (ce qui signifie : être en mesure de parler comme si on est assis dans son salon en train de prendre le thé) et la 5 étant la plus rapide (communément appelé le sprint). En canicross, nous sommes probablement entre la 4 et la 5 (la vitesse 5 est impossible à maintenir sur de longues distances…c’est la vitesse des sprinters de 100 et 200 mètres), mais comme le chien nous aide en nous tirant, nous sommes en mesure de courir plus longtemps à cette vitesse.
Lorsqu’on s’entraîne pour des marathons, l’entraînement de base comprend au moins une sortie de course rapide par semaine. Ça peut être du speedwork, des intervalles ou du fartlek séance chronométrée de course par intervalles. Les entraînements en canicross sont compris dans mes sorties de fartlek. Les entraînements de vitesse en course d’endurance servent à plusieurs choses, dont entre autre, à pousser le corps. C’est ce qui donnera le coup de main qu’un coureur aura besoin pour courir et terminer une course en force. Donc, le canicross m’aide énormément dans mes entraînements. Je ne pourrai pas faire que ça, car je dois quand même être en mesure de pouvoir pousser par mes propres moyens, mais c’est définitivement un entraînement de vitesse intense. Au lieu de pousser mon corps à courir plus vite, je pousse mon corps (surtout mes jambes) à travailler plus vite. Quand je cours seule, les muscles du fessier et les ischio-jambiers (l’arrière des jambes) sont les plus sollicités parce que tu pousses pour te donner l’élan pour avancer. En canicross, ce sont les quadriceps (le devant des jambes) qui sont les plus sollicités parce que ce sont ces muscles qui font que ta jambe lève et avance. Ce qui ne peut pas nuire, surtout dans les montées et les descentes!
Au début, le canicross était pour moi une occasion de combiner ma passion de la course et des chiens. Je dois par contre admettre que maintenant, je me sers de ça pour mes entraînements. Mon coach n’est pas familier avec le canicross, mais lorsque je lui ai donné une idée de la vitesse à laquelle on court et que je lui ai demandé d’inclure mes sorties de canicross dans mon programme d’entraînement, il a tout de suite vu que ça pouvait m’aider à augmenter ma vitesse de course.
Merci à Marie-Ève de s’être arrêtée quelques instants pour nous partager sa passion et hop…. la voilà repartie sur les chapeaux de roues….
Bon vent et pattes à Lewis

Si le cœur vous en dit, voici à quoi ressemblent les semaines d’entraînement de Marie-Ève :
Lundi/cross fit – Mardi/intervalles – Mercredi/off – Jeudi/canicross – Vendredi/hills – Samedi/canicross + easy – Dimanche/longue sortie

Pour en savoir plus :
http://www.sortiedechien.com/en/node/52344
http://www.sortiedechien.com/fr/node/77744v
Canisport avec Daniel Mélaçon – Salut Bonjour

Qu’on se le dise :
Il y a aura une canicross au 9e Festival Plein Air, le 16 mai prochain sur le site du parc Jean Drapeau, à Montréal

 

2 Comments

Laisser un commentaire

  1. J’ai commencé le canicross sans le savoir. J’ai arrêté la clope et pris quelques kilos, donc j’ai décidé de courir avec ma chienne croisée berger allemand et labrador. Visiblement nous prenons toutes les deux du plaisir. Depuis le 8 avril 2011, nous faisons nos 7 km par jour. Notre équipement est rudimentaire et je voudrais avoir des conseils pour m’équiper et équiper ma chienne. Qui peut me renseigner ?

    J'aime

  2. Merci pour votre témoignage. L’équipement adéquat est important pour le bien-être du chien et de l’humain, et ainsi éviter les blessures ou autres inquiétudes inutiles.
    Ne sachant pas où vous habitez, voici quelques liens.
    En France, il y a plusieurs sites qui pourront vous orienter dans vos recherches: http://www.fslc-canicross.net, au Québec: http://www.lescanisportifs.com et les équipements vous les trouverez dans la section: http://www.lescanisportifs.com/on-les-aime
    Bonne continuation, c’est un sport merveilleux

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s