De l’intimité

C’est autour du foyer social et du chien que se transmettaient – se transmettent? – les incantations religieuses, les formules médicinales, l’orientation des étoiles, les secrets de la chasse et de la pêche, les racines mythologiques du groupe et les rêveries de l’imagination. En ce sens, le chien est un compagnon pour penser notre intimité et la défendre. L’intime, catégorie essentielle fondatrice de toute société, est partagée avec un Autre. En défendant le lieu d’habitation, le chien indique à l’homme qu’il co-crée son monde intime. Or, l’homme pour créer le monde intime avec un Autre doit se retirer – de lui-même – de toute l’échelle de l’évolution pour laisser sa place à l’autre…poilu.

D’une certaine manière c’est à une éthique de la responsabilité qu’incite cette position : « continuer non pas à maîtriser mais à se maîtriser. Non pas à augmenter la puissance, mais à la limiter. Non pas à emplir le monde mais à mettre des limites et à renoncer. L’homme doit se maîtriser et s’autolimiter », explique Marc-Alain Ouaknin[1] pour vivre le monde avec modération.

Donc laisser la place à d’autres que lui pour… mieux laisser devenir le monde.


[1] Ouaknin. Marc-Alain. Zeugma, Seuil, p 360

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s