L’Arrondissement de Greenfield Park n’aime pas les chiens

Par trois fois, depuis 2005, l’Arrondissement de Greenfield Park prive ses citoyens d’un service communautaire de proximité.
Le président de l’Arrondissement, M.  Bernard Constantini, et son administration ne semblent pas en mesure d’apporter des arguments concrets et plausibles quant à leur décision de refuser la création d’une aire d’exercices pour chiens dans le parc Pierre-Laporte.  Il semblerait que le parc ne remplisse pas la majorité des critères d’aménagement d’un parc canin, ni d’ailleurs aucun autre parc ou site sur le territoire de l’Arrondissement. Toutefois, au cours d’une réunion publique tenue au printemps 2009, les autorités n’ont pu donner aux citoyens propriétaires de chiens de Greenfield Park d’autres motifs que ceux ressassés depuis plusieurs années. Points par points, les citoyens ont pourtant fait la démonstration que cette décision ne tenait pas la route des bonnes pratiques en matière de parc canin au Québec. Face aux contre-arguments avancés par les citoyens, l’Arrondissement a campé sur ses positions et une fois à court d’arguments, a répété inlassablement et de manière catégorique qu’il n’y aurait pas de parc à chiens dans le parc Pierre-Laporte. C’était l’aveu manifeste d’un jugement unilatéral et d’une approche traditionnelle très peu  favorable à la vie citadine avec les chiens.
Actuellement, l’offre de l’agglomération de Longueuil en matière d’aires d’exercice pour chiens est très limitée, sinon inexistante. Dans son Règlement sur le contrôle des animaux/ CO-2008-523, la Ville de Longueuil met à la  disposition des citoyens de l’arrondissement du Vieux-Longueuil des aires d’exercices pour chiens, identifiées par signalisation, où la laisse n’est pas obligatoire. Toutefois, ces aires d’exercices sont inaccessibles physiquement aux citoyens de l’arrondissement Greenfield Park. Avant l’implantation de ce règlement, les propriétaires de chiens fréquentaient le parc Pierre-Laporte en toute liberté leur animal de compagnie. Depuis la mise en application de ce règlement municipal, dans lequel les animaux de compagnie sont considérés comme des nuisances et qui restreint très sérieusement les possibilités de déplacements can-humains sur le territoire, rien ne va plus entre l’Arrondissement et ses citoyens amis des chiens.

Les citoyens sont convaincus que l’ajout de ce nouveau service communautaire est à la fois réaliste, respectueux de l’environnement et compatible avec les autres usages du parc Pierre-Laporte. D’ailleurs, dans la plupart des régions administratives du Québec, les aire d’exercice pour chiens sont situées dans des parcs hautement achalandés (activités sportives, scolaires, etc.), à proximité des maisons d’habitation et sont de grandeur très variables. L’Arrondissement a été témoin d’histoires poignantes de la part de ses citoyens, car un chien est un compagnon de vie. Mais l’Arrondissement a montré aucun intérêt à entreprendre la réflexion en profondeur qui s’imposait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s